E.N.I.B

                                                                          1865/1962

 

 

PAGE SPÉCIALE HENRI SAURIER

(1913-2003)

Édouard PONS

      Monsieur SAURIER, m' avait confié plusieurs documents pour illustrer ce site. Il m' avait encouragés à poursuivre mes efforts pour maintenir "l'esprit de Bouzarea" auquel il tenait tant. Ses souvenirs m' ont beaucoup aidé.

     Il était normal de lui consacrer une "page spéciale"

    Henri SAURIER est né le 24/08/1913, à Alger et plus précisément à Bab-el Oued. Il rappelait souvent qu'il était issu d'un milieu populaire. Après une scolarité brillante , il est reçu 4éme au concours d'entrée à l'ENIB en 1930. 

    Voici les promos de l' ENIB prises en 1931.

Promo 28 32 avec Profs.jpg (74749 octets)

Promo 28/31

Promo 29 33.jpg (76618 octets)

Promo 29/32

Promo 30 34.jpg (82559 octets)

Promo 30/33

Promo 31 35.jpg (80307 octets)

Promo 31/34

C.DISDET 2éme en partant de la droite au premier rang   H.SAURIER 4éme rang en partant du bas et 3éme à partir de la droite.  

Les noms des élèves de ces promotions (relevés par H.SAURIER) sont à votre disposition chez:

bouzarea@hotmail.com

C'était un élève très brillant comme on peut le constater sur un de ses bulletins scolaires:

bulletin.jpg (75679 octets)

 

A la session de 1933, il obtient son certificat d'Aptitude pédagogique:

Saurier 1935.jpg (60885 octets)

CAP.jpg (79705 octets)

Et en  1935 H.SAURIER est nommé instituteur à Birtouta dans la Mitidja. Sa première classe:

Birtouta.jpg (71899 octets)

En 1936, il est nommé à Alger. Il sera tour à tour affecté aux écoles primaires de la rue Franklin, de la rue du Divan, de la rue Lazerges.(écoles de Bab el Oued). Ces périodes d'enseignement seront entrecoupées du service militaire, du rappel sous les drapeaux en 1939, et la guerre de 1943 à 1945. 

  De retour de la guerre,  il est nommé au collège Guillemin, et entame de concert des études  à la Fac d'Alger, qui le conduiront à une licence es-sciences en 1949. Il est alors nommé professeur de biologie au Collège de Constantine. Il va y rester deux ans avant d'être nommé en 1951, professeur à l'École Normale d'Alger-Bouzarea.                                                                                             

Pendant dix ans, il va enseigner les Sciences Naturelles et la Chimie à plusieurs générations de normaliens. C'était un enseignant rigoureux, précis et un pédagogue remarquable. Pour lui, un normalien ne pouvait être médiocre ou moyen: il devait être excellent. Il aimait rappeler qu'il était avant tout un "bouzaréen"  et c'est la raison pour laquelle, il comprenait si bien  ses élèves, qui ont toujours eu  un grand respect pour l'enseignant et l'homme.

Profs 5354.jpg 2.jpg (43512 octets)

53/54

Avec ses collègues

Promo 56 60 Sci Ex.jpg (68859 octets)

1959

Avec les Sci-Ex

Il sera  officier des Palmes Académiques en 1956:

medpal.jpg (13155 octets)

PalACA.jpg (78593 octets)

 

En 1961, il est nommé au Lycée Buffon à Paris et il terminera sa carrière comme Principal de Collège à Créteil  en 1976.

 Il reprend alors ses études et obtient à la Fac de Nice, une maîtrise de Biochimie. 

 Et comme il a toujours aimé la musique (il avait obtenu un premier prix de violon au conservatoire d'Alger), il réussit brillamment une licence de musicologie. Son dernier plaisir sera de donner des conférences sur les œuvres de Mozart et de Beethoven.

Saurier 1995.jpg (93585 octets)

H.SAURIER en 1995 à une réunion des anciens normaliens

       

Le 9  juillet 2003, Henri SAURIER nous a quittés, entouré de l'affection de sa famille, de ses amis et des anciens de Bouzarea.

Voici une de ses dernières photos et une partie de l'hommage rendu par ses élèves.

Saurier 2000.jpg (115225 octets)

"""Pour nous le professeur SAURIER était plus qu’un professeur. C’était un ancien normalien et il tenait à ce que cela se sache. Ils nous considérait comme ses élèves, mais aussi comme ses futurs collègues, et c’est la raison pour laquelle il était si exigeant. Pour lui un futur enseignant ne pouvait être un élève moyen ou médiocre, il devait être excellent.

            Il était un ardent défenseur de ce que l’on a appelé « l’esprit de Bouzarea », et je voudrais citer cette phrase de son livre sur l’enseignement en Algérie

            « Définir cet esprit fait courir le risque de solliciter l’éloge. C’est cet esprit qui inspirait le comportement professionnel des élèves-maitres, par un engagement tacite de servir l’école et l’enfant, ce dernier étant place très au-dessus des distinctions raciales ou religieuses. L’élève-maitre sortant de Bouzaréa se sentait investi d’une mission inséparable de son métier ».....

.....

Nous avions un grand respect pour l’homme et son enseignement, et beaucoup d’entre nous, n’hésitaient pas à se confier à lui à des moments importants de leur carrière. Sa porte n’était jamais fermée et il était toujours disponible. On avait même l’impression qu’il vivait dans l’École et jamais très éloigné de son labo….tout près de la Rotonde.

Et si un dimanche, nous étions retenus à l’École, on continuait à croiser le professeur SAURIER sur les terrains de tennis avant qu’il aille  régler l’expérience du lundi matin dans son Labo.

..........

J’ai eu la chance de le côtoyer dans les dernières années de sa vie.

            Il n’avait pas perdu une once de sa curiosité intellectuelle, continuait à s’intéresser à la chimie, à la physique aux sciences de la vie. Quand il comprit qu'avec les médias modernes comme Internet, on avait accès à des millions d’informations, il me chargea de lui trouver toutes les données récentes sur les sujets qui l’intéressaient. Et il y avait tant de choses qui continuaient à le passionner.

            Je garde aussi le souvenir et la tonalité de cette voix de baryton de l’enseignant. Cette voix forte, ample, mélodieuse. Cette voix me dit actuellement «  Bon maintenant PONS tu as assez parlé, laisse un peu de temps aux autres personnes »

   Aujourd’hui les normaliens sont tristes. Ils ont perdu l’un des leurs et sûrement l'un des  plus grands. 

                                    En notre nom à tous Adieu et Merci Monsieur SAURIER""""""""""

 

  Retour vers le site.